• Creepypasta: Les serviettes

    Cette histoire pourrez bien vous arriver alors lisez bien ce n'est pas une blague:

    Un directeur d'école primaire cherche des nouvelles serviettes pour la cantine. En faite, les prix de l'ancienne marque qu'il acheté avait augmenté. Par la suite, il trouva une entreprise qui livrait des serviettes en tissus à un prix tout à fait abordable! Alors, le directeur décida d'essayer le produit et conquis par cette qualité il en commende et élèves et professeurs utilisèrent les serviettes. Quelques mois plus tard les serviettes commençait à dégager une odeur répugnante qui coupait l'appétit et les serviettes restais posées là, sur les genoux sans êtres utilisées. Quelques semaines plus tard ce n'étais pas une légère odeur fétide qui s'en dégageait mais une odeur nauséabonde qui fit tomber dans les pommes plus d'une personnes. Les parents enlevèrent leurs enfants de la cantine car ils ne voulait pas que leurs enfants mangent dans un lieu sale et infecte. Deux semaines plus tard les serviettes étaient tachée de couleur pourpre ou marron comme si on avait essayé de les effacer et les serviettes étaient même trouées. Furieux, le directeur de l'école décida de parler avec le livreur. Il lui expliqua que l'école était le seul établissement qu'il devait livrer et qu'il venait cherche la marchandise dans un vieux Hangars. La police ne tarda pas à s’emparer de l'affaire ils visitèrent les locaux dont le livreurs avait parler et il trouvèrent un lieu vide avec au sous-soul une table et des ciseaux. L'affaire fut classée rapidement et pas un mot fut dévoilé au public. En vérité l'entreprise en question étais une ancienne entreprise de pompe funèbre dont les chiffres ne décollaient pas et se lancèrent donc dans les serviettes en découpant ces dernières dans des linges mortuaires non vendus... Très vite, les linges propre et neufs étaient épuisés. Alors ils décidèrent de déterrer les morts pour prendre leurs draps. Ils commencèrent par les plus frais d'où l'odeur puis une fois que toutes les tombes de morts récents furent ouverte ce fus au tour des plus anciennes. Le hangars étais près d'un cimetière d'où la police à reçus plusieurs plainte de tombes déterré et ouverte. On à jamais retrouvé les responsables et il se peut que les serviettes que vous utilisez viennent de cette mystérieuse entreprise. Attention... 


  • Commentaires

    1
    plus_grand_fan
    Vendredi 27 Février 2015 à 22:43
    xDD Je ne sais pas par quoi commencer par les aliens ou par les pilleurs de tombe !!! C'était trop MDR Vous m'avez tuez
    2
    Dimanche 1er Mars 2015 à 11:46

    Ben quoi ? O:-)

    3
    martin mèche
    Vendredi 3 Juillet 2015 à 23:07

    Une histoire bien sordide. Où l'as tu dénichés, si ça ne te dérange pas de révéler ta source ? Merci pour le partage en tout cas.

    4
    Vendredi 3 Juillet 2015 à 23:25

    Je l'ai trouvé sur YouTube il me semble et non cela ne me dérange pas

    5
    octosytem78
    Samedi 11 Juillet 2015 à 11:29

    y parait que c vraiment arrivé mais q ça c pas passé en france mais en angleterre.

    6
    Lundi 13 Juillet 2015 à 10:01

    Merci c'est bon à savoir ^^

    7
    alexia123
    Mardi 14 Juillet 2015 à 15:08

    Quest ce que ta comme prevu que sa cest pas passé en france ????

    8
    martin mèche
    Mercredi 15 Juillet 2015 à 14:25

    Merci pour ta réponse.

    9
    Mercredi 15 Juillet 2015 à 21:28

    Derien Martin Mèche

    10
    Girkan
    Samedi 18 Juillet 2015 à 14:18

    G une idée de creepy tu l'as veut ?

    11
    Pauline bécassaut
    Samedi 18 Juillet 2015 à 15:09
    Une excellent histoire, merci !
    12
    Samedi 18 Juillet 2015 à 16:13

    Merci Pauline et quel est donc ton idée Girkan ? Si elle m'intéresse je préciserais qu'elle vient de toi

     

    13
    martin mèche
    Samedi 18 Juillet 2015 à 18:42

    Moi je t'en propose une.

     

    Clotilde (1989-1994)

    Trois enfants jouaient sur un trottoir. 

    Les plus grands ayant fini leurs devoirs,

    S'amusèrent aux dépens de la plus petite.

     

    Ils lui barrèrent la route et l'attrapèrent,

    Se proclamant bourreaux et leur sœur prisonnière.

     

    Jusqu'à présent point de tour vilain ou inconscient,

    Mais ils enfilèrent un sac plastique sur la tête de l'enfant.

     

    Lièrent ses mains avec un tissu solide et graisseux,

    Sous les rires de la cadette qui se prenait au jeu.

     

    Serrèrent bien fort et firent un nœud costaud,

    Et conduisirent leur condamné auprès du billot.

     

    La vielle souche au raz du gazon,

    Parfaite pour une décapitation.

     

    La petite un peu effrayée par le manque d'air,

    Se dit qu'il n'y avait point danger car c'était ses grands frères,

     

    En effet ceux ci n'avaient d'autres intentions que le jeu,

    L'histoire ne laissait présager dénouement malheureux.

     

    Puis vint le goûter au moment du supplice,

    Leur mère vanta sorbet, nougat et réglisse,

     

    Ravi et riant de bon cœur,

    Se précipitant à l'intérieur,

    Ils oublièrent leur petite sous la forte touffeur.

     

    Le rare oxygène eut vite raison du petit corps,

    Dont l'irrespirable atmosphère fit connaître la mort,

     

    A une petite fille trop handicapée par son jeune âge,

     

    Pour se préserver d'un funeste bizutage.

    14
    Girkan
    Samedi 18 Juillet 2015 à 18:49

    hé ! c'est mon idée en premier ! voisi mon histoire.

     

    C’est l’histoir d’une forme chauve qui hanté une commode. Elle mange le bois et rit ! Quand du sirop s’approche de son cœur elle tousse et montre ces crocs qui sont éclatant. Une petite fille mauve passa près de l’abri de bois et trempa ses doigts dans le cœur de la créature imberbe de la tête. Comme ses ongles pissaient le clown de fer, la forme chauve se rua sur elle et enveloppa sa robe avec du pus.

     

    T'en pense quoi ?

    15
    Girkan
    Lundi 20 Juillet 2015 à 13:03

    Alors t'en pense quoi ?

    16
    Lundi 20 Juillet 2015 à 17:23

    Je n'ai pas tellement compris l'histoire erf

    17
    martin mèche
    Mardi 21 Juillet 2015 à 13:38

    Désolé je viens de me rendre compte que la couleur du texte est noir et donc invisible.

     

    Clotilde (1989-1994)

     

     

    Trois enfants jouaient sur un trottoir.

    Les plus grands ayant fini leurs devoirs,

    S'amusèrent aux dépens de la plus petite.

    Ils lui barrèrent la route et l'attrapèrent,

    Se proclamant bourreaux et leur sœur prisonnière.

    Jusqu'à présent point de tour vilain ou inconscient,

    Mais ils enfilèrent un sac plastique sur la tête de l'enfant.

    Lièrent ses mains avec un tissu solide et graisseux,

    Sous les rires de la cadette qui se prenait au jeu.

    Serrèrent bien fort et firent un nœud costaud,

    Et conduisirent leur condamné auprès du billot.

    La vielle souche au raz du gazon,

    Parfaite pour une décapitation.

    La petite un peu effrayée par le manque d'air,

    Se dit qu'il n'y avait point danger car c'était ses grands frères,

    En effet ceux ci n'avaient d'autres intentions que le jeu,

    L'histoire ne laissait présager dénouement malheureux.

    Puis vint le goûter au moment du supplice,

    Leur mère vanta sorbet, nougat et réglisse,

    Ravi et riant de bon cœur, Se précipitant à l'intérieur,

    Ils oublièrent leur petite sous la forte touffeur.

    Le rare oxygène eut vite raison du petit corps,

    Dont l'irrespirable atmosphère fit connaître la mort,

    A une petite fille trop handicapée par son jeune âge,

    Pour se préserver d'un funeste bizutage.

    18
    Mercredi 22 Juillet 2015 à 22:27

    Merci beaucoup Martin Mèche. Si cela ne te poses pas problème je la publie en précisant qu'elle vient de toi :)

    19
    martin mèche
    Mercredi 22 Juillet 2015 à 22:31

    Oui, pas de souci, merci à toi !

    20
    Jeudi 23 Juillet 2015 à 12:00

    Mais de rien Martin plus merci à toi

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :